Laurent Breillat apprend aussi le blogging

Laurent Breillat, a lancé son blog « Apprendre la photo » à la mi-2010. Avec presque 700 visites par jour, et une communauté bien fournie on peut dire, sans risque de se tromper, qu’il a très bien démarré. J’ai voulu l’interviewer afin qu’il nous éclaire un peu sur ses stratégies et techniques.

Rien ne me fera oublier par Laurent Breillat

Rien ne me fera oublier © Laurent Breillat

D’abord pourrais-tu te présenter rapidement et présenter ton blog ?

J’ai 22 ans, je suis étudiant en écologie (et actuellement en stage). Je ne fais pas de photo depuis très longtemps,et j’ai donc décidé de partager ma progression (tant théorique que pratique) avec mes lecteurs : mon blog est donc destiné aux débutants en photographie qui souhaitent acquérir une meilleure maîtrise de leur appareil, faire de meilleures photos et tout simplement progresser et se faire plaisir dans cette extraordinaire passion.

Des études d’écologie, un blog sur lequel tu publie deux articles par semaine, des photos, peut être une famille ? Comment gères-tu ta semaine pour faire tout cela ?

Je n’ai ni femme ni enfants (loin de là ! ) si c’est ce que tu entends par famille, mais effectivement je mène de front mon stage, mes amis, mes passions et bien sûr mon blog.
Bon déjà, j’ai l’avantage d’être un peu hyperactif ! Je m’ennuie très facilement et il faut toujours que je fasse quelque chose de mon temps (si possible utile), et ça m’aide pas mal à garder ma motivation au quotidien.
Mais il y a une bonne part d’organisation oui. Tout d’abord j’ai éliminé tout le superflu. Genre je n’ai pas la télé depuis 3 ans et je m’en porte très bien. Je préfère largement consacrer mon temps à des choses plus utiles ou plus enrichissantes pour moi, qui peuvent tout aussi bien me détendre (genre la photo, au hasard).
Ensuite, je perds le moins de temps possible. Je mets à profit les temps morts comme les transports en commun pour faire quelque chose. Ainsi, j’ai déjà écrit plusieurs brouillons d’articles dans le train ces dernières semaines.
Je note tout également : les idées, les choses à faire, en essayant de les organiser au mieux. Ça peut paraître très contraignant et rigide d’un point de vue extérieur mais en fait c’est devenu très naturel. Pas besoin d’y penser particulièrement. Je jette un œil à mon agenda Google et hop je sais ce que j’ai à faire et quand.

« Apprendre la photo » a-t-il un positionnement marketing ?

Alors, tout d’abord en commençant, je n’avais pas vraiment de positionnement « marketing », d’ailleurs je n’appellerais toujours pas ça comme ça. Je me suis simplement lancé sincèrement dans une démarche de partage, en me disant également que ça allait m’aider dans mon apprentissage de la photo.
Mon blog s’adresse aux débutants voire aux confirmés en photo. Ce n’est pas un blog pour les pros, c’est vraiment un blog pour les débutants passionnés, bref pour tout un chacun.
J’ai mis en place cette page « Par où commencer » quand je me suis rendu compte qu’un nouveau visiteur intéressé ne saurait peut-être pas que lire en priorité dans les (déjà) plus de 80 articles du blog. Cette page conseille de télécharger mon guide qui est une bonne base de départ quand on débute, et va s’enrichir prochainement d’une sorte de « best-of » des articles par catégorie.
Je communique avec mes visiteurs assez modérément en fait : je me concentre principalement sur la création de contenu, qui est quand même la base.

Furykane par Laurent Breillat

Furykane © Laurent Breillat

Comment gères-tu les liens avec ta communauté ?

J’utilise Facebook et Twitter comme un relais classique des nouveaux articles (car certaines personnes préfèrent me suivre comme ça que par RSS ou mail), mais aussi de manière ponctuelle comme moyen de communiquer des liens intéressants ou des pensées sur la photo. Il y aussi un groupe Flickr qui sert de plate-forme à l’opération « Dimanche Critique Photo » : je critique une des photos postées sur le groupe une fois par mois, un dimanche. Pour être très franc, je n’utilise pas les médias sociaux à leur plein potentiel, mais j’ai quelques idées en tête, que je compte lancer prochainement.
Ca me prend assez peu de temps de communiquer avec mes lecteurs. Je dirais entre 30 et 45 minutes par semaine grand max, en grande majorité pour répondre aux commentaires et aux mails réguliers.

Des bonnes ou mauvaises expériences à raconter avec les visiteurs de ton blog ?

Des bonnes expériences, j’en ai tous les jours je dois dire :D Il y a assez souvent des lecteurs qui prennent la peine de poster des commentaires très développés et pertinents, pour ajouter quelque chose à mes articles, ou me corriger sur certains points (car parfois j’ai tort :P). Je pense que sur certains articles, le contenu des commentaires est au moins d’aussi bonne qualité et intéressant que celui de l’article en lui-même ! C’est la magie du blog et de son aspect interactif et social.
Je n’ai pas réellement de mauvaise expérience : j’ai parfois eu quelques commentaires un peu agressifs, mais sur des articles qui se voulaient volontairement polémiques, donc c’était assez normal. J’ai juste eu quelques mauvaises réactions concernant le premier partenariat d’affiliation que j’ai lancé il y a quelques temps et pour certains j’ai eu l’impression que c’était parce qu’ils trouvaient anormal que je gagne un peu d’argent. Je pense que les gens (tout au moins en France) ont un sérieux problème avec l’argent.

Pour ton référencement, comment t’y prends-tu ? Dépasses-tu parfois les lignes ?

J’avais quelques connaissances basiques on va dire, parce que je suis un peu geek sur les bords, mais pas plus que ça. J’ai mis en place des trucs dès le début pour ne plus être embêté, comme les urls avec le nom du post par exemple. J’ai aussi choisi l’url de mon blog intentionnellement.
Je suis les règles de base du SEO, en utilisant la sémantique pour mettre en valeur mes mots-clés, les liens avec ancre, … Je fais toujours beaucoup de maillage interne : je linke mes articles entre eux. Ça doit profiter un peu au référencement, mais je le fais surtout pour faciliter la vie des lecteurs (quand j’évoque un concept sur lequel j’ai déjà écrit un article). Après, j’ai fait quelques échanges de liens et profité de pas mal de backlinks inattendus, de site que je ne connaissais pas ou peu parfois : en l’occurrence, c’est la qualité de mon contenu qui m’a permis de booster cette part du référencement (« Content is king »).
J’utilise Google Analytics pour surveiller l’évolution des stats de mon blog, mais pas de façon extrêmement avancée. J’ai ponctuellement utilisé Webmaster Tools, mais pas en profondeur du tout. Je regarde parfois la popularité de certains mots-clés avec le générateur de mots-clés Google pour voir si c’est la peine que je fasse un petit effort de positionnement dessus.
Je ne triche pas du tout vis-à-vis de Google. En fait, il faut bien comprendre que je ne fais pas d’efforts énormes en référencement : la base et c’est tout. Très franchement, je ne connais aucune technique black hat, et même si c’est à ma portée techniquement, je n’ai pas le temps pour ça et je préfère le consacrer au contenu ;)

D’après toi quelles sont les forces marketing et de communication de ton site ?

Le mot « marketing » ne me semble pas forcément le plus juste. J’ai pas de complexe par rapport au marketing (ça ne sert à rien de produire du bon contenu si personne ne le lit), mais ce n’est pas vraiment la démarche que j’ai en tête constamment. Mais pour te répondre, je pense qu’il y a d’abord la volonté constante de produire du contenu de qualité, qui serve à mes lecteurs et à moi-même. Pourquoi cette volonté ? Parce que c’est une passion ! Je ne pourrais pas faire la même chose pour un blog sur le macramé tu vois :P C’est peut-être ce qu’on appelle du « marketing sincère ». Deuxièmement, je m’attache à être moi-même. A écrire comme je parlerais à un ami, sans complexe, sans chichis, en faisant régulièrement des blagues pourries ou des analogies douteuses :P
Et je pense que si les gens lisent un blog plutôt qu’un site web classique ou un magazine papier, c’est parce que d’une certaine manière ils apprécient la personnalité de l’auteur ou, en tout cas, ce qui en passe à travers les lignes.

Corps rythmés par Laurent Breillat

Corps rythmés © Laurent Breillat

Quelles sont tes 3 techniques principales pour rentabiliser ton site et attirer des lecteurs ?

J’irais presque jusqu’à dire que je n’en ai pas :P Enfin on va dire que je tache de mettre des appels à l’action quand il faut (en fin d’article par exemple). Je fais des articles invités quand je le peux. Mais à part ça, je t’avoue que je ne vois pas trop. Je ne réfléchis pas vraiment en termes de techniques en réalité, même si j’ai conscience de la réaction des gens à certains stimulis et que je les utilise à mon avantage (c’est pas de la manipulation hein, c’est juste qu’en mettant « postez un commentaire », les gens en postent plus facilement un qu’en ne le disant pas :P)

Comment utilises-tu ta newsletter ? Comment as-tu dépassé par exemple le problème de contenus en double ?

La newsletter, c’est pour moi un moyen de garder les visiteurs de passage. En effet, la moitié des visiteurs ne reviennent jamais. Non pas parce qu’ils n’aiment pas le contenu, mais tout simplement parce qu’ils cherchaient une info précise, l’ont obtenue et quittent la page. Sauf que dans le futur, ils seront sûrement intéressés par mes prochains articles. Voilà pourquoi j’ai mis en place une newsletter.
Je me suis aussi rendu compte qu’à part la sphère des geeks et webeux en tout genre, personne ne sait ce qu’est un flux RSS. Or si mes visiteurs veulent être avertis de tous les nouveaux articles, comment ils sont censés faire ? C’est pour ça que je leur propose une inscription par mail.
Et ça va peut-être t’étonner, mais à part la séquence de messages automatiques (follow up) initiale, ma newsletter reprend simplement mes nouveaux articles, et il y a donc 2 mails par semaine. Il m’arrive d’envoyer des emails supplémentaires à l’occasion d’évènements particuliers, mais assez peu souvent.
Concernant la personnalisation, je pense qu’il faut toujours insérer le prénom de la personne dans le mail, c’est plus humain. J’essaye également qu’on repère tout de suite que ça vient de mon blog : j’ai donc mis mon logo dans l’en-tête du mail.

Ton site te rapporte-t-il de l’argent aujourd’hui ?

Mon site ne me rapporte pour l’instant pas grand chose, principalement des revenus d’affiliation Amazon et c’est tout. Là je démarre 2 partenariats d’affiliation, je ne sais pas encore du tout ce que ça va rapporter.
Je ne pense pas qu’il soit possible de commencer à monétiser avant au moins 6 à 9 mois, et je dirais même qu’il faut attendre au moins 1 an pour passer au stade supérieur comme la vente de produit par exemple.
Au fur et à mesure que ma base de lecteurs va s’agrandir, l’affiliation me rapportera sans doute de plus en plus, mais je compte lancer un produit à terme. Je ne sais pas encore exactement ce que je vais vendre, je suis encore dans une phase de réflexion, je dirais presque de préparation mentale :P C’est-à-dire que je note des idées, des besoins récurrents que je vois chez les lecteurs.

Tes lecteurs y sont-ils préparés ?

Ils ne sont pas préparés, enfin je ne vois pas exactement ce que tu veux dire par là en fait ^^ Je n’ai pas fait de teasing autour si c’est ce que tu veux dire, puisque je n’ai pas encore d’idée précise. Si tu voulais dire « préparés à ce que je leur vende quelque chose », ils ne le sont pas du tout, mais je signale très clairement quand les liens sont affiliés et ça ne dérange pas grand monde. Tu penses que j’ai tort de ne pas mieux « préparer le terrain » ?

Je pense effectivement qu’il faut préparer ses lecteurs à la monétisation d’un blog. Car ce qui est gratuit semble parfois comme un dû quand on s’y habitue. Et vous ? Pensez-vous qu’il faut préparer le terrain ?



6 Commentaires
6 Commentaires
  1. ils sont déjà fans de Laurent donc on ne peut mieux préparer ! ;)
    Sur le blog de Piotr : Bien voyager – bilan mois d’avril et projets pour le futur !

  2. Personnellement tout dépend de ce qui est vendu et comment c’est vendu.
    Exemple : les articles sont en adéquation avec le contenu et la qualité des billets n’est pas lésée : feu vert, pas besoin de préparation. Mais si je sens le côté commercial qui prend le dessus sur le côté billets alors que je suis fidélisée, je n’aimerais pas c’est clair. C’est mon avis personnel.
    Sur le blog de Loeuf : Je veux ma maman

    • Merci pour ton commentaire Loeuf ^^ Je comprend ce que tu dis, mais sur un site à la base sans pub, ne crois-tu pas que l’arrivée de la pub va forcément donner une image différente et de moindre qualité aux yeux de certains ? D’ailleurs quels sont tes critères pour juger de la qualité ?

  3. Vraiment chouette, ces images. J’aime les couleurs, plein de vie et d’allégresse. On sent la vie vibrer sous ces tableaux.

  4. Je ne trouve pas dérangeant qu’un propriétaire de site se rémunère s’il a réussi à fidéliser une clientèle par son talent et par le temps passé à « alimenter » son blog.
    En revanche ce qui me dérange, au point de me faire fuir, ce sont ces fenêtres qui s’ouvrent en cachant le texte qu’on lit, et qu’on ne peut fermer qu’après avoir fait différentes manipulations. Tant que la pub n’agresse pas, on est libre d’y prêter attention ou non. Mais à partir du moment où les actions de communication constituent une entrave à la libre lecture d’un texte, il me semble préférable de m’en abstenir. Ce n’est qu’un point de vue parmi d’autres..

    • Merci pour votre commentaire pierre,
      j’avoue que les sites en sapin de noël me font fuir aussi, et les popup ou popunder aussi. Mais bon, une petite fenêtre ca reste raisonnable, tant qu’on peut la fermer.

Commenter cet article

CommentLuv badge

Suivez-nous

Your Adv Here
Your Adv Here