4 règles pour écrire un bon article

Que s’est-il passé hier ? Que dois-je savoir pour aller plus loin ? Où en est cette affaire ? La première des question des visiteurs d’un site ou de lecteurs d’un journal, est toujours la même : Quoi de neuf ? Pourtant, qu’une information soit neuve ne suffit pas à en faire une nouvelle. Alors quels sont les mécanismes pour écrire un bon article ?

Archives par Pete Ashton

Des ressources inconnues © P. Ashton

Si pour un site d’information la date est un critère primordial pour juger de la qualité d’une information, ce serait une erreur de donner trop d’importance à ce paramètre pour un site d’entreprise ou associatif. En fait, beaucoup de structure échouent en ne pensant qu’a travers ce prisme, cherchant maladroitement à imiter la presse, alors qu’on attend d’eux autre chose que d’être à la pointe de l’information.

« Comment puis-je résoudre mon problème ? » voilà la question de la plupart des lecteurs d’un site d’entreprise ou d’un journal professionnel.  Si cela passe parfois par « Qu’y a-t-il de nouveau dans mon corps de métier ? » c’est loin d’être toujours le cas. La plupart du temps il s’agira d’aller chercher des ressources que vos lecteurs ne connaissent pas.

La loi de proximité

Avant qu’une information devienne un article elle doit être jugé intéressante. Quel critère vont alors prévaloir pour juger de son intérêt ? Tout dépendra en fait du public que vous voulez intéresser. C’est pourquoi quand vous écrivez vous devez avant tout écrire pour des lecteurs, or la majorité des lecteurs ont un point commun :  ils répondent à la loi de proximité.

Dans les école de journalisme on enseigne une règle empirique nommé « Loi de proximité. » Cette loi dit que plus un public est proche des sujets que vous traitez, plus il sera touché par vos informations et donc intéressé. Alors bien sûr on pense à la proximité géographique : 100 morts en asie touchent moins la plupart des français que 30 dans le Juras. Il y a aussi la distance chronologique : ce qui s’est passé hier me concerne plus que ce qui s’est passé il y a 1 ans. Mais on oublie souvent la proximité sociale et affective.

la proximité sociale ne doit pas être confondue avec la géographie. Par exemple ce qui arrive à votre travail ou à votre école vous touchera plus que ce qui arrive à l’Élysée, c’est du social. Le critère social recoupe toutes vos relations directes ou indirectes avec des groupes de personnes : Foyer, amis, club, parti politique, politique locale, etc.

Elle se mêle logiquement à la proximité affective : La famille, les amis, le club, mais aussi votre argent, votre sexualité, votre santé…

La loi de proximité - I Canivet, Action rédaction

Plus le sujet est proche du lecteur, plus il sera jugé interessant © I. Canivet

L’attrait pour l’étrange

Il y a un autre phénomène beaucoup moins explicité : celui de l’attrait pour l’étrangeté des évènements. La plupart des gens ont peur de l’inconnu (c’est un sentiment logique), mais quand l’inconnu se présente à eux ils ont envie de l’appréhender. Non seulement ils veulent connaître le futur (l’information du lendemain attirant plus que celle d’hier), mais ils sont intrigués par les informations incroyables qui ne donne qu’une envie : être décryptée. Faux paradoxe, c’est aussi cette volonté de comprendre l’information qui crée de la distance vis à vis des phénomènes trop incompréhensibles.

Cette règle est plutôt volatile, car nous n’avons pas tous les même limites, ni les même peurs. Mais pour qu’une information soit bonne elle doit tenir deux promesses :  être inconnue et devenir connue suffisamment vite avant d’être distanciée. Autrement dit avant que le public s’en désintéresse. Suspense me direz-vous ? En effet, c’est cette volonté de connaître la fin de l’histoire qui provoque de l’intérêt, mais aussi la promesse qu’il y auras une fin.

La fin de l’histoire

Histoire d'ombre par Rachid Lamzah

Le force d'une histoire tien dans ses mystères © Rachid Lamzah

Pour qu’il y ais fin d’une histoire il faut donc…  une histoire ! Qu’est ce qu’une histoire ? Racontez-vous une bonne histoire ? Comment raconter une bonne histoire ? En écrivant, posez-vous ces question.

Pour Christian Godefroy, infopreneur sulfureux et raconteur de récits, le secret d’une bonne histoire réside avant tout dans le fait de préserver ses secrets tout en allant à l’essentiel pour accrocher le lecteur. « A chaque secret élucidé 2 autres doivent lui succéder » dit-il.

Mais pourquoi les journalistes commencent-ils tous par la fin ? Et pourquoi les gens s’intéressent malgré tout à l’information ? Parce que la véritable information c’est la conclusion. Pour un match de foot préférez-vous d’abord connaître le score ou qu’on vous apprenne comment le match s’est déroulé ? Les favori ont gagnés ? « Bof« . Les challengers l’a emporté ? « ho ? Raconte ! » En donnant la conclusion en premier les journalistes permettent une lecture rapide mais ils crée aussi de la dramatisation. Et quand un élément est dramatique, raconter l’information la plus importante ne fait qu’attiser la curiosité. L’histoire n’est plus celle de l’accident, mais celle des cause et conséquences de cet accident.

Vous aussi en écrivant vous racontez une histoire. Si ce n’est pas la votre, ce sera celle de vos lecteur. Par exemple celle qu’ils vivront en suivant vos conseils. Et une histoire doit avoir un lieu, des personnages, des causes, des obstacles et une résolution, que les journalistes ont traduit dans les 5 fameux W : who, where, what, when, why (qui, où, quoi, quand, comment). En répondant à ces questions vous améliorerez votre récit et la qualité de votre article.

Mais n’oubliez jamais une chose : Le premier juge de votre contenu c’est vous. Si ce que vous écrivez ne vous passionne pas, vous finirez vite par vous lasser !

***

Si cet article vous a plu, alors suivez Pour le web sur facebook pour être informé de toutes les publication !



20 Commentaires
18 Commentaires
  1. Merci pour ces conseils, ça devrait m’aider pour mettre en avant mon site.
    Sur le blog de Arnaud : Exemples de site Internet avec défilement Parallax

  2. Merci Hernan, Ecrire un article n’est jamais facile et un bon article encore moins :)
    Sur le blog de Rémi : Le musée de la Boissellerie

  3. Hernan, je trouve ton article trés bien foutu est instructif! Bravo.
    Sur le blog de Eric Bordenave : Commentaires sur Les notes de musiques – une invention bien humaine ! par Erwinmarcel

  4. Merci pour vos commentaires et compliments. pour répondre à Rémi, je suis loin d’avoir couvert tout le sujet avec ces 4 éléments (il est très vaste), mais avec ces conseils les rédacteurs en herbe auront les bases indispensables et pourront peut-être se démarquer.

  5. Très bel article, intéressant et instructif !

  6. Bonjour,

    Hernan, je trouve que c’est une très bonne idée d’article, à l’heure ou les blogs se multiplient de plus en plus.
    J’apprends chaque jour dans le domaine du blogging et j’apprécie ton « rappel », à prendre en compte, avant d’écrire un article.
    Félicitations pour ton site.

    Bien amicalement,
    Sur le blog de Sorin : La magie de voir Grand – première partie

  7. Très bon article ! Effectivement, comme tu l’évoques dans ta conclusion, il faut être passionné pour pouvoir passionner les autres. J’ajouterais une qualité importante : la générosité. J’apprécie beaucoup les articles qui ne se contentent pas du minimum, mais qui livrent des détails intéressants : une expérience personnelle, des liens, des conseils inédits, etc. J’aime bien cette citation : « le blogging, c’est donner 1000 et recevoir 100″…
    Sur le blog de Olivier (stocker-partager.fr) : 15 raisons pour ne pas plus bloguer

    • Je suis bien d’accord avec toi. C’est pourquoi il faut être passionné. En réalité si on écrit avant tout pour un public il faut aussi écrire pour soi.
      Dans le web le échanges sont perpétuels. On donne beaucoup mais on reçoit aussi énormément.

  8. Hello Hernan,

    J’ajouterai avec ta permission ;) que lorsque l’on raconte une histoire, il faut toujours répondre à quatre questions inconscientes du lecteur :

    – Où sommes-nous ?
    – Quand se situe l’action ?
    – Qui est là ?
    – Que se passe-t-il ?
    Sur le blog de Jean-Charles : L’histoire de l’homme qui surmonta sa peur

    • Oui, c’est ce que je voulais dire dans cette phrase : « une histoire doit avoir un lieu, des personnages, des causes, des obstacles et une résolution » ou encore dans les 5W des journalistes. Mais pour certains lecteurs ta liste sera peut-être plus clair :)

  9. Merci Hernan pour ces nouvelles informations,

    Décidément, ton blog regorge de détails intéressants et pratiques.

    On en apprend tous les jours. Cela m’aide bien à avancer dans ma formation.

    Merci encore. Très bon site !!!

    Fabrice

  10. Très bon article ! J’ai appris des choses que je n’avais pas encore lu ailleurs, surtout grâce au topo sur les journalistes
    Sur le blog de Peter : Une Chaise provocante et sensuelle

  11. Hernan,

    On en revient toujours à la même chose, si le sujet dont nous parlons ne nous passionne pas on peut respecter la loi des 5 W, il n’empêche que le lecteur sentira que la passion n’y est pas.

    Donc, toujours avoir présent que l’honnêteté paie (je sais que cette notion est probablement dépassée) mais je suis convaincue que le lecteur s’en rend compte. Moi la première.

    J’ai reçu la semaine passée un mail qui transpirait la manipulation pour vendre un produit. Je n’ai pas donné suite et, au contraire, ce monsieur est grillé.

    A bientôt pour un nouvel article
    Sur le blog de Sylviane : Comment pratiquer la cohérence cardiaque de David-Servan-Schreiber

  12. Salut, votre contenu est facile à examiner et je désire que d’autres avis soient créés. En espérant d’autres gazettes de votre part. Mes amitiés
    Sur le blog de Francky@programme tv foot : Cologne – Mönchengladbach (rediffusion)

    • Merci pour votre commentaire Francky, pour recevoir des infos régulièrement n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter.

  13. « Si ce que vous écrivez ne vous passionne pas, vous finirez vite par vous lasser ! ».
    Se lasser soi-même, voilà bien une conclusion qui s’impose car c’est parfois une bien réalité dont il faut savoir se relever – le moins important étant de ne jamais tomber, selon les mots de Nelson Mandela.
    Sur le blog de Pierre-Etienne : Bienvenue sur emarketinglytic

  14. J’ai l’habitude de me concentrer sur l’aspect purement « seo » du contenu en ayant toujours en tête de booster le référencement par tous les moyens lorsque j’écris pour le web.
    Il n’est pas rare que je me perde dans les aspects sémantiques … merci donc pour votre article qui donne des directives plus « structurelles » que je ne tarderais pas à mettre en place prochainement. Merci :-)

Commenter cet article

CommentLuv badge

Suivez-nous

Your Adv Here
Your Adv Here